Des résultats, toujours des résultats,….encore des résultats

La réforme de la loi sur l’orientation et la formation professionnelle du 24 novembre 2009 prévoit de nouvelles obligations pour les entreprises en matière d’évaluation des résultats des acquis des formations.
Le classique questionnaire de satisfaction « à chaud » rempli par les stagiaires en fin de session risque de ne plus suffire.
Désormais il s’agit de mettre en place un véritable processus d’évaluation des formations et de démontrer qu’il y a des résultats concrets.
Ce processus d’évaluation est à co-construire avec nos clients car chaque acteur a une part de responsabilité dans l’atteinte du résultat : le formateur, le responsable formation, l’acheteur, la hiérarchie, les participants.

• Le formateur est responsable de la bonne compréhension du besoin de l’entreprise ainsi que de la pédagogie et du contenu de la formation.
Il est le garant du bon déroulement de la formation en mettant en œuvre ses qualités d’animateur (création de conditions propices aux échanges, écoute active, dynamisme, connaissance approfondi du thème, praticien,…)
• Le responsable formation est le garant de l’expression du besoin et validera les « bagages » de formation (contenus et déroulé pédagogique). Il organisera la mise en œuvre de la formation (invitation des participants, logistique, lieu de la formation,…).
• L’acheteur négocie au juste prix et au niveau de qualité attendu auprès du prestataire. Le juste prix ne doit pas être l’ennemi de la qualité.
• La hiérarchie s’assure que les contenus de la formation sont en adéquation avec les besoins des participants ou qu’ils sont exploitables opérationnellement. Elle veille à ce que la formation soit dispensée au moment opportun (ni trop tôt, ni trop tard). Elle lance la formation en intervenant en début de session.
Enfin, elle accompagne le suivi de la formation.
• Les participants se rendent à la formation avec une « réelle envie » d’apprendre (état d’esprit, présence, disponibilité,…) avec en mémoire les trois notions suivantes :
o La fixation d’un objectif personnel concret,
o L’acceptation de « sortir de son cadre habituel » (ouverture d’esprit)
o L’acceptation d’apprendre : chacun a sa propre courbe d’apprentissage (avancée, régression, avancée,…).

Tous ces éléments tendent vers un professionnalisme accru de chacun des acteurs et vers un travail plus collectif et collaboratif.

Un partage du résultat atteint, qui sait ???

Marine Cousin-Bernard

Pour aller plus loin dans la lecture de la loi :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021312490&categorieLien=id#JORFARTI000021327298

Publicités

Etre recruté et recruter

L’originalité de cet ouvrage, sur le thème largement étudié du recrutement, consiste à aborder cette problématique sous le double angle du recruteur et du recruté.

Pour un acte extrêmement engageant par essence, j’ai souhaité faire comprendre aux deux parties les intérêts, enjeux et contraintes de l’autre.

Ainsi, un candidat sera mieux formé car plus alerté sur les attentes de son interlocuteur, tandis qu’un recruteur prendra des décisions plus lucides en apprenant à « lire entre les lignes ».
Tout salarié y trouvera des clés pour construire son projet professionnel, réfléchir sur son employabilité, mesurer le marketing de son profil professionnel, adopter la bonne attitude avec un chasseur de têtes, et bien-sûr rédiger CV et lettre de motivation.

Sont aussi abordés le thème des réseaux sociaux, les meilleures pratiques pour optimiser la rencontre au cours de l’entretien de recrutement, les tests, les supports les plus adaptés pour diffuser et chercher des offres d’emploi, la conclusion d’un entretien et les conditions de la réussite de l’intégration…

Flore Ozanne, l’auteur