Joyeux Noël à vous 2, Valentine et Marine et à tous vos lecteurs assidus !

Si vous lisez cet article, cela signifie que nous avons tous échappé à la fin du monde !

Ravie de cette bonne nouvelle,  à J-4 de Noël, Valentine et Marine, je vous remercie chaleureusement d’avoir animé sans relâche ce blog depuis sa création en janvier 2010.

Vous entretenez notre intérêt et curiosité en nous faisant partager vos réflexions, expériences et questionnements.

Je viens de parcourir les archives et je constate que vous nous remémorez régulièrement les « valeurs-refuge » du management, les seules qui comptent en période de crise. J’en relève personnellement 3, sorte de fil rouge des nombreux articles que vous nous avez proposés depuis 3 ans.

La bienveillance : en nous imposant quelques règles simples d’attention à l’autre, tout peut changer dans nos rapports humains au travail : prêter à nos interlocuteurs un crédit d’intention plutôt qu’un procès d’intention, pratiquer le sourire et le remerciement, adopter une attitude empathique, gratifier nos collègues de marques de sympathie, valoriser à nos propres yeux notre travail, prendre soin de notre personne pour prendre soin des autres, nous comporter de manière authentique et sincère…

L’innovation : oser expérimenter de nouvelles façons de faire, sortir des sentiers battus, avoir recours à des méthodes ludiques, explorer les chemins de la créativité….

Et surtout,  même si les indicateurs sont loin d’être tous au vert,  pratiquer l’optimisme, diffuser une énergie positive, être force de proposition, aller de l’avant…

En 2013, plus que jamais, gardons en tête les propos de Voltaire : « J’ai décidé d’être heureux, parce que c’est bon pour la santé »

Elizabeth Gauthier

 

La puissance des métaphores…. suite

Pour poursuivre l’idée développée par Valentine  dans un article précedent, je vous invite à lire l’article paru dans la lettre de décembre 2012 de « Place des réseaux » sur l’utilisation des métaphore dans le domaine professionnel : Le pouvoir des métaphores, 7 clés pour mieux argumenter et convaincre.

Bonne lecture

Marine COUSIN-BERNARD

 

Et si vos projets étaient pilotés?

On ne le répètera jamais assez que les points d’avancement avec son client sont incontournables, utiles, nécessaires,…..

Pourquoi ?

Parce qu’au démarrage d’un projet, tout est beau, nouveau, pas l’ombre d’un nuage à l’horizon. Le client pense souvent que, faire le point à une fréquence régulière est superflu. Et pourtant…..

Un projet ne se passe jamais comme on l’a prévu, il y a des aléas, de nouveaux choix à faire, des arbitrages,…et j’en passe. Le projet se déroule dans un univers incertain, on avance en marchant (le « on » pour le client et le consultant).

C’est, pendant ces moments privilégiés (« point d’avancement »), prévus à l’avance sur toute la durée du projet que les échanges sont importants, nécessaires et incontournables. Ils reflètent clairement ce qui a été réalisé pendant la période passée et ce qui sera réalisé pour la période à venir. Le client voit l’avancement du projet, comprend ce qui est fait et comment. Cette démarche rassure le client et lui permet de maîtriser le projet : de le piloter. Cette réunion permet aussi d’exposer les risques éventuels ainsi que d’inscrire les décisions prises pour la suite du projet. La continuité d’un projet n’est pas automatique….

En général, un point efficace dure une heure. Un compte rendu synthétique est réalisé et diffusé aux parties prenantes et chacun réajuste sa route en fonction des décisions prises.

Les bénéfices du pilotage sont nombreux :  gain de temps (grâce à la régularité), gain d’énergie, confiance mutuelle (entre le client et le consultant), discussions construites et argumentées (puisque un point d’avancement se prépare…), décisions prises tournées vers l’action,…..

Et vous, vous faites régulièrement des points d’avancement sur vos projets ?

Marine COUSIN-BERNARD