La force d’un réseau c’est de pouvoir demander « qui peut m’aider à ? »

Bonjour à tous, recevez tous nos voeux de réussite ,dans vos vies professionnelles (et dans vos vies tout court aussi) pour cette année !

De retour d’un déjeuner au sein du réseau Inform’elles, je viens partager une idée – mise en oeuvre à chaque réunion de ce réseau féminin à l’occasion d’un tour de table des participantes – que je trouve fantastique: Si un groupe -réel ou virtuel, de managers ou pas, féminins, masculins ou mixte, bref quel qu’il soit – se proclame « réseau », on doit pouvoir y demander, sans complexe ni crainte de ne pas obtenir de réponse favorable « QUI PEUT M’AIDER A ? »

Cela semble tout bète, mais à bien y réflechir, quand et surtout à qui avez vous posé cette question pour la dernière fois ? votre voisin pour emprunter sa tondeuse ? votre mère pour un secret de cuisine ? votre collaborateur pour un sujet qu’il maîtrise mieux que vous ?

Et vous, à qui avez-vous répondu favorablement à une demande d’aide ?

Cet acte de simplicité, sans être modeste, est un acte du quotidien avec ceux qui nous entourent dans la vie. Il concerne des aides ponctuelles ou plus impliquantes, laisse la liberté de répondre « moi ! » ou de ne pas répondre, d’aider soi-même ou d’orienter vers ceux qui peuvent aider.

En management ou dans un réseau professionnel, c’est un signe de confiance, une posture authentique qui en dit long sur votre vision de la relation humaine, alors osez !

Osez demander de l’aide ! y compris à vos collaborateurs, vos collègues !

Et si vous (pensez que vous) n’avez pas d’aide à demander, offrez la votre !

Merci les Inform’elles, à bientôt !

Valentine Chapus-Gilbert