Simple jeu de mots ?

Vous êtes nombreux, que ce soit dans nos réseaux professionnels ou privés, depuis la parution de notre livre à nous questionner sur son titre. Vous êtes intrigués, et vous demandez, s’il s’agit d’un simple jeu de mots, ou d’une « coquetterie » de notre part. Voici donc quelques éclairages complémentaires à ceux fournis sur les caractéristiques du management par projets dans le chapitre 29 de notre livre et par la norme AFNOR X50-105
Une entreprise qui revendique « manager par projets », est une entreprise dont les structures permanentes (directions métier) sont conçues en prenant en compte l’existence de structures temporaires (les structures projet). Cela signifie que ,
– l’organisation, la répartition des rôles et des responsabilités les processus et les modalités de décision…
– les méthodes, les techniques et les outils…
– et la culture, c’est à dire : l’ensemble des valeurs, des croyances, des modèles, des principes, des convictions…
convergent et soutiennent à la fois la réalisation des missions des structures métiers et l’atteinte des objectifs des projets. Les pratiques et les comportements des acteurs de l’entreprise sont compatibles et complémentaires aux deux formes d’organisation et de fonctionnement.
Il est clair que pour une entreprise, s’organiser pour manager par projets, n’a d’intérêt que si elle est amenée à mener un grand nombre de projets qui mobilisent régulièrement et quantitativement des ressources internes.
Lorsque, les structures métiers cessent de considérer les projets comme l’obstacle numéro 1 à l’atteinte de leurs objectifs et les structures projet ne considèrent plus les métiers comme l’entrave majeure au respect de la qualité, des délais et des coûts des projets, c’est là le signe d’une maturité de l’entreprise à manager par projets et à faire cohabiter harmonieusement ces deux formes de fonctionnement.
Mais fonctionner ainsi ne peut se décréter du jour au lendemain. Nous sommes sollicitées lors de nos missions de conseil pour accompagner les entreprises à relever le défi du management par projets aussi bien d’un point de vue organisationnel, méthodologique que culturel.

Marine Cousin-Bernard et Elizabeth Gauthier

Publicités

Réussir l’entretien d’évaluation

A propos du livre…
Cet ouvrage, sorti en 2009, présente l’entretien d’évaluation, également appelé entretien d’appréciation, comme un véritable outil de développement du collaborateur, du manager et de l’entreprise.
Pour une fois trois acteurs sont pris en compte: le manager, le collaborateur, mais aussi le département RH ou la DG, qui met en place l’entretien, y donne un sens, en analyse les retours et agit pour favoriser le développement et la performance de l’entreprise, par le biais de ses salariés. Les lecteurs sont donc invités à être « acteur » dans l’entreprise au travers de ce moment rare d’échange.
Le livre retrace les enjeux, la préparation, la conduite de l’entretien lui-même et tout ce qui peut s’y passer, les perspectives de cet entretien.
L’entretien, appelé pendant longtemps « entretien annuel », se déroule de plus en plus souvent de manière semestrielle voire quadrimestrielle, nous ne pouvons que nous en réjouir,
Bonne lecture !
Valentine Chapus-Gilbert, co-auteur avec Jean-Louis Santiago

Etre recruté et recruter

L’originalité de cet ouvrage, sur le thème largement étudié du recrutement, consiste à aborder cette problématique sous le double angle du recruteur et du recruté.

Pour un acte extrêmement engageant par essence, j’ai souhaité faire comprendre aux deux parties les intérêts, enjeux et contraintes de l’autre.

Ainsi, un candidat sera mieux formé car plus alerté sur les attentes de son interlocuteur, tandis qu’un recruteur prendra des décisions plus lucides en apprenant à « lire entre les lignes ».
Tout salarié y trouvera des clés pour construire son projet professionnel, réfléchir sur son employabilité, mesurer le marketing de son profil professionnel, adopter la bonne attitude avec un chasseur de têtes, et bien-sûr rédiger CV et lettre de motivation.

Sont aussi abordés le thème des réseaux sociaux, les meilleures pratiques pour optimiser la rencontre au cours de l’entretien de recrutement, les tests, les supports les plus adaptés pour diffuser et chercher des offres d’emploi, la conclusion d’un entretien et les conditions de la réussite de l’intégration…

Flore Ozanne, l’auteur

Dans quel monde on vit…

Par expérience, nous savons que les principales lois de la gestion du temps ont un impact sur la maîtrise des délais dans un projet. A titre d’exemples :

– la loi de  Fraisse, ou la loi de la dimension objective et subjective du temps, en fonction de l’intérêt ou de la difficulté pressentie d’une tâche. Pour certains, la phase de recette dans un projet système d’information est tellement primordiale qu’ils le souhaitent souvent plus longue que le strict nécessaire

– la loi de Murphy, ou la loi des ennuis maximum : le pire n’est jamais exclus, alors on inclut dans le planning des durées supplémentaires pour contingence, survenance d’aléas…

– la loi de l’horloge interne : les rythmes biologiques des personnes ont une influence sur leur efficacité, il est donc intéressant d’en tenir compte dans la programmation des activités, par exemple ne pas prévoir de relire un livrable de 100 pages après le déjeuner si ce moment correspond à une baisse d’énergie et de concentration

A ces lois « classiques » et bien connues, un chef de projet  a récemment énoncé 2 autres lois qui régissent selon lui dans son entreprise le pilotage des projets :

– la loi du CQFD : « c’est quasiment fini demain » : syndrome chronique dit-il, semblable au dicton populaire « demain on rase gratis », et comme dans une semaine il y a 5 jours, et il est très facile de prendre 5 jours de retard dans un projet sur la base que ce sera fini demain…

– la loi du « temps ratatiné » : « chez nous, on fixe d’abord la date de fin du projet et ensuite on ratatine les étapes, comme cela on affiche un planning qui sur le papier plaît à tout le monde, tout en sachant qu’il est irréaliste….

Dans quel monde on vit non ?

Elizabeth Gauthier

Manager par projets : coup de coeur du libraire : http://www.mollat.com/livres/marine-cousin-bernard-manager-par-projets-9782091610177.html

L’accroissement de la concurrence et la complexité des nouvelles techniques entraîne une multiplication des projets visant à faire évoluer les entreprises. Ces projets, s’inscrivant dans le développement du programme de management de l’entreprise, doivent être abordés sérieusement dans les phases de réflexion comme dans leur mise en place.

Les auteures, Marine Cousin-Bernard (titulaire d’un DESS de marketing et d’un DU de coaching, elle intervient depuis plus de 20 ans comme conseil auprès d’entreprises de tous secteurs d’activités ; centrée sur une approche pragmatique et des interventions sur le terrain, elle aide les entreprises à mettre en œuvre leurs changements organisationnels en privilégiant la relation humaine et la dynamique de l’action) et Elizabeth Gauthier(diplômée de l’IAE de Bordeaux, elle pratique le management de projet en France et à l’étranger depuis plus de 20 ans et conduit des interventions de conseil et de formation auprès d’entreprises du secteur banque-assurance et des collectivités territoriales : elle les accompagne dans l’appropriation de la culture projet et des pratiques managériales propices au développement du management par projets), fortes de leurs expériences, nous livrent dans ce guide indispensable toutes les clés nécessaires à la réussite d’un projet.

Sous forme de fiches, l’ouvrage illustré d’exemples et de témoignages, propose de maîtriser les principes du management de projet, connaître les méthodes nécessaires pour piloter un projet, développer sa capacité à animer une équipe et comprendre les spécificités du management par projets.
alt :

A propos de la chance…

A l’occasion, allez sur le site

http://www.youtube.com/watch?v=5B7ocazsr_0

et regardez cette vidéo : nous l’avons trouvée intéressante

La réussite une question de chance? Philippe Gabilliet, Professeur ESCP Europe

Philippe Gabilliet est professeur (affilié, puis associé) en comportement organisationnel à ESCP Europe depuis 1995. Il intervient dans les domaines de la prospective managériale, du développement

Donnez nous votre avis