Notre vision

Est un « individu », au sens étymologique du terme (« indivisé »)  celui qui n’est pas coupé en deux, dehors et dedans. Qui n’a jamais entendu dire dans son environnement professionnel : « je ne suis pas dans ma vie privée comme je suis dans l’entreprise » ? Etre acteur, c’est tout simplement se comporter en personne sincère et authentique, même si la simplicité n’est pas ce qu’il y a de plus facile dans l’entreprise !

Etre soi-même, sur son lieu professionnel comme sur son lieu de vie, c’est mettre en avant une qualité de présence à l’autre qui permet d’être plus juste dans les relations humaines, ce qui rend souvent  le travail plus efficace. Bonne nouvelle : c’est à la portée de tous ! Osons prendre des initiatives relationnelles, faire des propositions, sortir des non-dits, du politiquement correct, exprimer nos convictions ! C’est souvent une première étape d’où découlent des micro-changements  : les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Si l’entreprise est le lieu de la créativité, de l’adaptation, de la croissance et de la rentabilité, elle est également un lieu de vie avec des règles du JEU où le JE doit pouvoir s’exprimer.

Publicités

2 réactions sur “Notre vision

  1. Bonjour,
    Permettez moi de ne pas être du tout d’accord avec vous. Votre propos parle de l’entreprise en général ce qui est forcément hors de la réalité car il n’y a que très peu de choses en commun entre une multinationale et une TPE. Or vous le savez en France tout au moins la structuration du tissus économique et son organisation ne laisse guère de place aux PME indépendantes.
    Ceci dit je reprendrais malgré tout votre terme générique en pensant plutôt aux multinationales qu’aux TPE. Pour être sans arrière pensée dans une relation, quelle qu’elle soit, il faut être en confiance. Or qui peut aujourd’hui avoir confiance dans les décisionnaires? En sont-ils dignes? L’exemple de Proglio est édifiant: le mélange des genres est édifié en vertu! On croit cauchemarder mais non ils osent tout! Donc aujourd’hui si votre entreprise génère des profits qui vous dit que ceux-ci ne vont pas servir à vous verser votre prochaine indemnité de licenciement?
    D’autre part, il est essentiel pour beaucoup d’individus de cloisonner la vie professionnelle et la vie privée sinon cela revient à dire que l’on vit pour travailler au lieu de travailler pour vivre.
    Enfin votre proposition pourrait peut être s’imaginer lorsque la démocratie et le respect des lois sera la règle d’or dans l’entreprise. Faisons ensemble ce voeux (pieux!) pour 2010 en sachant que la probabilité qu’il advienne est égale à zéro. Bonne année et surtout bonne santé quand même.

    • Oui nous sommes bien d’accord, si nous étions tous des héritiers rentiers ou des gagnants du Loto nous n’aurions pas besoin de travailler pour gagner notre vie. En effet, le travail n’est pas une fin en soi, même si la seule chose que nous offre l’entreprise c’est du travail.
      Lors d’une récente conférence, le philosophe André Comte-Sponville, sur le thème « Sens du travail, bonheur et motivation : philosophie du management » a démontré pourquoi le travail n’est ni une valeur morale ni une fin en soi, et c’est pourquoi il doit avoir un sens. André Compte-Sponville différencie la valeur par son caractère intrinsèque (elle vaut en soi et par soi) du sens qui est extrinsèque (il renvoie toujours à autre chose qu’à lui-même. Le sens signifie à la fois sensation, signification et direction.
      Ce sens dépend de chacun. Certains considèrent le travail uniquement comme le moyen de gagner leur vie, d’autres comme le moyen de s’épanouir d’autres comme l’occasion de se mettre en valeur… Que penser également des personnes qui travaillent bénévolement sans être rémunérées ? Toutes les raisons qui nous poussent à travailler sont légitimes, aucune n’est discutable. Ne croyez vous pas qu’elles sont intimement liées à ce que l’on appelle la vie privée c’est à dire : « ensemble des activités d’une personne qui relève de son intimité ». Alors peut-être que le premier pas à faire pour être acteur dans l’entreprise est de clarifier pour soi même les sensations que produit le fait de travailler, la signification que chacun accorde à son travail et enfin les buts poursuivis…
      Elizabeth Gauthier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s